Vous êtes ici

L’Occitanie, région pilote pour le tourisme durable

11 déc
Réserve Naturelle du Néouvielle
Réserve Naturelle du Néouvielle
L’ADEME (agence de la transition écologique ) a restitué, le 3 décembre dernier, les résultats d’une étude concernant l’impact des déplacements touristiques sur l’environnement. Cette étude a pour objectif de mesurer les externalités générées par les mobilités touristiques et permettre ainsi aux territoires de mieux appréhender le coût de ces externalités. Ces derniers pourront ainsi en extraire des préconisations de politique publique et accompagner les évolutions comportementales en faveur de mobilités durables.

Téléchargez le communiqué de presse

Constat de l'ADEME sur l'impact écologique lié aux transports

Avec 90 millions d’arrivées de touristes étrangers en 2019, la France est le pays le plus visité au monde. Or au niveau mondial, 8% des émissions de gaz à effet de serre sont dues au tourisme, et parmi elles, 75% sont dues aux transports.

Forte de ce contat, l’ADEME a sélectionné 3 régions françaises(1) (l’Occitanie, la Bretagne et l'Ile de France) pour quantifier les externalités(2) environnementales, territoriales, sociétales et économiques générées par ce secteur économique et préconiser des pistes d'amélioration pour les 10 prochaines années.

Sanctuaire de Lourdes
Le sanctuaire Notre-Dame

impact des déplacements touristiques sur l'environnement

Etude menée sur 3 sites-pilotes

3 sites ont été analysés en Occitanie pour leur localisation et leur typologie de fréquentation :

  1. Lourdes, site de pèlerinage, bien desservi et accessible, mais dépendant de la clientèle internationale,
     
  2. Le Pont du Gard, site patrimonial majeur avec + de 800 000 touristes / an pourtant mal desservi par les transports en commun,
     
  3. La base de loisirs de Saint Nicolas de la Grave (Tarn-et-Garonne), un site nature et fréquenté principalement sur un mode excursionniste à la journée.


Si les villes principales sont bien desservies (bonnes connexions aériennes et ferroviaires), l’arrière-pays souffre d’une faible connectivité avec les centres urbains en terme d'offres de transports et d'infrastuctures.

Voie Verte du Canal du Midi
Voie Verte du Canal du Midi

Les axes prioritaires

Un programme opérationnel de tourisme durable

Plusieurs scenarii ont été étudiés. En Occitanie, 92% des touristes viennent et se déplacent en voiture.

Aussi, organiser la connectivité des territoires, favoriser l'intermodalité, développer les mobilités douces ou encore travailler sur l'origine des clientèles représentent des priorités que la Région Occitanie est en train de mettre en place au travers du Green New Deal et du programme opérationnel de tourisme durable, développé par le CRTL.

« La Région et le CRTL sont déjà engagés dans cette démarche qui se traduit notamment par le développement du tourisme de proximité, en substitution de clientèles lointaines. La carte Occ’ygène en est une des illustrations » rappelle Jean Pinard, Directeur du CRTL d’Occitanie.

Consultez le résumé présenté lors du webinaire et retrouvez les rapports complets de l’ADEME.

(1) Ces trois régions pilotes ont été choisies notamment pour leur typologie territoriale, la diversité de leurs infrastructures mais aussi par leur différence en matière de fréquentation touristique.

(2) Le tourisme implique des déplacements pour venir sur un territoire et s’y promener, une fois sur place, provoquant ainsi des conséquences externes (les externalités) la fois environnementales et de santé publique comme le changement climatique, la pollution locale, les nuisances sonores, la congestion, ou les accidents. Ces externalités négatives du transport peuvent interroger, au regard des perspectives de croissance du tourisme international (objectif gouvernemental de 100 millions de touristes étrangers en 2022- chiffres annoncés avant la crise du Covid-19).