La mesure des déplacements touristiques en Occitanie

L'Étude de l’ADEME (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie) nous informe sur les externalités générées par les mobilités touristiques à l’horizon 2030, pour penser une croissance durable du tourisme.

étude de l'ADEME

Mesurer les externalités générées par les mobilités touristiques

Le tourisme implique des déplacements pour venir sur un territoire et s’y promener, une fois sur place, provoquant ainsi des conséquences externes (les externalités) à la fois environnementales et de santé publique comme le changement climatique, la pollution locale, les nuisances sonores, la congestion, ou les accidents.

Ces externalités négatives du transport peuvent interroger, au regard des perspectives de croissance du tourisme international 

8% des émissions de gaz à effet de serre dues au tourisme

Avec 90 millions d’arrivées de touristes étrangers en 2019, la France est le pays le plus visité au monde, or, au niveau mondial, 8% des émissions de gaz à effet de serre sont dues au tourisme, et parmi elles, 75% sont dues aux transports.

Forte de ce constat, l’ADEME a sélectionné 3 régions françaises (l’Occitanie, la Bretagne et l’Ile de France) pour quantifier les externalités environnementales, territoriales, sociétales et économiques générées par ce secteur économique et préconiser des pistes d’amélioration pour les 10 prochaines années. 

Organiser la connectivité des territoires

En Occitanie, 92% des touristes viennent et se déplacent en voiture. Aussi, organiser la connectivité des territoires, favoriser l’intermodalité, développer les mobilités douces ou encore travailler sur l’origine des clientèles représentent des priorités que la Région Occitanie est en train de mettre en place au travers du Green New Deal et du programme opérationnel de tourisme durable, développé par le CRTL.